Comment éviter les pièges du green washing ?

pièges du green washing

Le greenwashing ou l’écoblanchiment constitue une pratique marketing prônant l’argument écologique d’un produit. La méthode s’avère une tromperie pour le consommateur. Le produit semble avoir un impact positif sur l’environnement alors qu’il ne l’est pas. Le greenwashing emploie certaines marques, surtout les marques de cosmétiques traditionnelles ou conventionnelles. Il utilise des matières non-naturelles dans la composition des produits. Ces derniers sont prêchés « naturels » alors qu’ils ne disposent que d’une minime proportion d’ingrédients minéraux ou végétaux.

Repérer la présence des matières douteuses dans le produit

Une marque écoresponsable doit être très transparente. Elle propose une traçabilité totale de ses ingrédients, autrement, elle reste douteuse. Par ailleurs, il est essentiel d’apprécier les matières inscrites. Bien étudier les substances pour prévenir les éléments polémiques. Les produits énonçant l’inexistence des matières contestées ne veulent pas dire naturels. Il est essentiel de lire les détails de la liste INCI pour éviter la tromperie.

Par ailleurs, pour contourner le greenwashing, repérer les listes, souvent en lettres microscopiques, situées au dos du conditionnement. Obligatoires, ces listes restent le renseignement à ne pas ignorer. Elles sont parfois longues. Elles peuvent être pleines des termes incompréhensibles montrant les composantes végétales, animales ou chimiques. Il importe ainsi d’être très vigilant. S’informer sur ces substances reste indispensables. Consulter ici le bon spécialiste pour des conseils en matière de greenwashing.

Se méfier de la mise en avant des matières naturelles connues par leurs vertus

Les allégations ne constituent pas une garantie qu’un produit est naturel. La présence des plantes naturelles ou bio ne signifie pas que le reste de la formule est écoresponsable. Apprécier la place de ces ingrédients dans la liste. Lorsqu’ils se trouvent au début, il s’agit d’un bon point, autrement le produit s’avère douteux.

Par ailleurs, il importe d’être vigilant concernant l’enseigne. Il est très fréquent de rencontrer une marque paraissant naturelle. Vérifier si le magasin met en vente des produits bio. Ces critères n’évitent pas le green washing. Examiner si les biens sont labellisés et vraiment engagés.

En outre, il faut ignorer le visuel sur les étiquettes et le conditionnement. Parfois, l’étiquette est attrayante. Elle peut montrer et mentionner des fleurs, des feuilles. Bien lire les substances ayant une forte contenance dans le bien.

Se prévenir des labels faussement bio

Seuls les produits certifiés bio sont fiables. Il est ainsi essentiel de se fier aux labels bio connus. Ces derniers peuvent être consultés sur Internet pour pouvoir effectuer la vérification. Il s’agit de l’une des options les plus sûres pour disposer un produit vraiment naturel. Il faut également avoir un esprit critique par rapport au marketing global.

Par ailleurs, éviter les enseignes de fast-fashion s’acclamant être écoresponsables. Ces biens sont radicalement non bio. De plus, la signification même de fast-fashion s’avère contraire à la méthode raisonnée et lente. Ses ingrédients sont non durables. À bas prix, ils manquent d’éthique, notamment en termes de normes de qualité. Les marques de fast-fashion fabriquent des produits d’une façon intensive. L’utilisation des techniques relatives au greenwashing reste ainsi très évidente.

En outre, pour les biens ne présentant pas de label, ils ne disposent pas de justificatif. Incertains, ils peuvent être dangereux. La technique de production et les matières peuvent probablement être plus toxiques qu’écoresponsables.

D’ailleurs, rester vigilant pour éviter les faux labels. Des grandes marques se prétendent être naturelles et écoresponsables. Pourtant, après des études, la réalité est tout à fait le contraire. Il est nécessaire de suivre les informations et se renseigner sur les sociétés et les produits dans le groupe écoresponsable. Certaines enseignes s’inventent des labels et des certifications avec des dénominations écologiques. Il s’avère ainsi déterminant de bien vérifier et contrôler la pertinence des labels.

Éviter les ventes privées et les fausses soldes

Différencier les vraies et les fausses soldes. Pour les vraies soldes, le prix proposé est plus bas. Les produits constituent des fins de stock. Concernant les fausses soldes, elles font partie des arnaques. Certaines marques profitent des vraies soldes pour concevoir une collection parallèle de mauvaise qualité. Elles sont altérables rapidement nécessitant du renouvellement.

Par ailleurs, dans la même lignée des prix bas, une marque pratiquant des soldes toute l’année s’avère rarement éthique. Solder des produits à bas coût nécessite de faire de la marge sur d’autres aspects. Ces biens sont peu fiables en termes d’écoresponsable. En outre, les ventes privées doivent être évitées. Elles ne sont ni assurées ni transparentes. Les acheteurs ne seront jamais à l’abri du greenwashing avec les ventes privées.

Le greenwashing est un terme très connu peu après l’avènement de l’écoresponsable. Certaines marquent paraissent écologiques. Pour éviter les pièges du greenwashing, il est important de vérifier les listes d’ingrédients composant un produit. Inspecter l’éventuelle présence des substances réputées toxiques. Repérer les matières naturelles et considérer ses proportions. Ne pas se fier des labels, des auto-certifications. Éviter les produits de soldes, fréquemment du greenwashing.

Quelle est la différence entre un concept store et un shop classique ?
Choisir des lacets design pour chaussures